Archive pour February 2008

Les enquêtes d’Enola Holmes … le paradis

Friday 29 February 2008

Enola Holmes est la digne soeur de son frère Scherlock. Elle est tombée dans la soupe quand elle était petite. Dans ce premier volume elle doit s’atteler à sa première enquête quand sa mère disparaît brutalement. Loin de voler à son secours ses deux frères sont très critiques envers leur mère qu’ils jugent un brin trop féministe. Mycroft, le frère aîné, décide d’envoyer Enola parfaire son éducation dans un pensionnat de jeunes filles pour en faire une Lady.Mais Enola en décide autrement car elle a décelé des indices pour partir, seule et à bicyclette, à la recherche de sa mère qu’elle compte bien retrouver.

Son chemin la mènera sur les traces d’une seconde disparition qui permettra d’épanouir ses dons de détective.

Digne héritière de son frère Sherlock, Enola jouit d’un caractère bien trempé pour une jeune fille de 14 ans. Si vous aimez les intrigues policières, ce roman mené tambour battant vous conviendra à merveille et sera un excellent apéritif pour attaquer l’oeuvre du grand Conan Doyle, L’ambiance British est garantie il manque le caractère ambigu de Sherlock Holmes et cette atmosphère pleine de mystère et de brouillard qui signe ses aventures.

A partir de 9ans.

Régine

Références :
Les enquêtes d’Enola Holmes, La double disparition t1 de Springer Nancy - Nathan jeunesse.
Vous trouverez cet album à la Médiathèque Simone de Beauvoir à la cote R SPR 1

Technorati , , ,

Cd de la semaine, Alela Diane : The Pirate’s gospel

Wednesday 27 February 2008

Influencée par des chanteuses folk (Kate Wolf, Patsi Cline), cette jeune californienne, fille de hippies musiciens, écrit ses premières chansons à 20 ans. « The Pirate’s gospel » (auto-produit en 2004 dans le studio paternel au Nevada.) est sorti en France en 2007 sur le label Fargo.
Alela Diane n’est pas sans rappeler Karen Dalton ou Emmylou Harris. Une guitare sèche et une voix. Un disque de folk authentique, d’une sensibilité nouvelle.

« Je n’aurais jamais pensé que cet album que j’ai fait sans un sou et dans le studio de mon père, aurait un public. Mon père qui est musicien lui aussi, joue et chante sur certains morceaux. C’est vraiment un projet entre un père et sa fille, fait sans être très sérieux, puisque l’on ne pensait pas le diffuser à un large public… »


Michelle - discothècaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir.

Références :
Vous trouverez ce CD à l’espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir à la cote 2 DIA 30

Technorati , ,

Odette Toulemonde et autres histoires … l’avis d’un lecteur

Tuesday 26 February 2008

Un très petit exercice de style que voilà, pour le bien nommé EES, Eric-Emmanuel Schmitt … Huit nouvelles regroupées dans un recueil de 280 pages. Police d’imprimerie épaisse, et seulement 25 lignes par page … Beaucoup de blanc et un papier fort, comme pour rendre le livre plus épais, et ainsi justifier les 19 Euros du prix …

Il s’agit là, pour l’essentiel, de nouvelles « féministes ». Sans qu’il y ait là, dans cette remarque, quoi que ce soit de péjoratif, s’entend. Les historiettes sont écrites convenablement, bien sûr, et l’on ne pouvait en attendre moins de Schmitt, mais avec un phrasé banal, dépourvu d’intérêt et d’originalité. Les situations sont pour la plupart convenues ; le prétexte est, en général, ou absent ou « téléphoné » … Quant aux chutes, elles aussi … L’on déplore qu’elles soient bien trop souvent prévisibles.

Reste quand même une nouvelle un peu meilleure que les autres, sur Alzheimer, mais dont le ressort est bien trop vite mis à jour, et un court récit, basé sur le réel, se déroulant quelque part dans un goulag, en Sibérie, sous l’ère Staline, qui laisse un petit goût douceâtre sur le palais, une fois le livre refermé …

Odette Toulemonde et autres histoires fut écrit en « cachette », pendant le tournage du film du même nom (un échec commercial, soit dit en passant), et « rédigé sur les bords de table, le matin au petit-déjeuner, le soir dans des chambres d’hotel … », de l’aveu même de Schmitt …

Et bien c’est à peu près tout ce que mérite ce recueil : une petite lecture sur un coin de table de cuisine, en attendant que l’omelette soit cuite …
EES nous avait habitué à plus profond ; à beaucoup mieux …

Christophe - Lecteur de notre blog

Références :
Odette Toulemonde et autres histoires de Eric-Emmanuel Schmitt - Albin Michel
Vous trouverez ce roman à la médiathèque Monnaie à la cote
R SCH N, secteur adulte

Technorati , ,

Mes nuits ne sont pas les vôtres … le paradis

Friday 22 February 2008

Dans une inquiétante demeure au milieu des bois, vit un homme défiguré. Son visage brûlé est effarant. Celui ci va exercer un chantage sur Belle, une jeune fille qu’il oblige à passer les week-end end dans son château.

Au fil du temps cet homme va prendre une place importante dans la vie de Belle. Celle ci est prête à tout pour percer le secret de cet intriguant personnage. Ce roman tient en haleine et la fin est riche en rebondissement.

L’auteur nous plonge dans un récit qui n’est pas sans rappeler “La belle et la bête“. Cela n’a rien d’étonnant puisque Dominique Marny, n’est autre que la petite nièce de Jean Cocteau.

Patricia

Références :
Mes nuits ne sont pas les vôtres de Dominique Marny - Ed. Presses de la cité
Vous trouverez ce roman à la médiathèque Monnaie à la cote R MAR, secteur adulte.

Technorati , ,

Lettre des Médiathèques n°16

Thursday 21 February 2008

La nouvelle lettre des médiathèques est disponible. Vous la trouverez dans sa version papier dans les deux Médiathèques du pays de Romans et en cliquant ici pour la feuilleter en ligne ou ici pour la télécharger dans sa version numérique.

Technorati ,

La physique des catastrophes … le paradis

Wednesday 20 February 2008

Si vous ne craignez pas l'’overdose de citations et l’étalage d’érudition, plongez-vous avec délectation dans ce roman foisonnant !

Bleue van Meer est une ado américaine solitaire et cultivée à outrance par son professeur de père . Ils èrent de villes universitaires en villes universitaires, couple fusionnel et marginal depuis l’enfance de Bleue . Quand ils finissent par se poser dans la petite ville de Stockton, pour préparer l’entrée à Harvard de la jeune fille , l’éminence d’une catastrophe se précise !
Mais on a beau s’y attendre quand elle nous tombe dessus , ça fait mal, très mal ….

Jacotte

Références :
La physique des catastrophes de
Marisha Pessl - Ed. Gallimard
Vous trouverez ce roman à la Médiathèque Monnaie à la cote R PES, secteur adulte

Technorati

Baladasssoooons !

Tuesday 19 February 2008

Nous avions suivi une formation « Eveil musical » en juin 2007, animée par Hélène Schalk Collomb, artiste musicienne de l’association Minimômes et mininotes. L’occasion de rencontrer d’autres professionnels de la petite enfance, des assistantes maternelles. En septembre, le Relais Assistantes Maternelles nous a invitées à participer à la préparation de leur spectacle annuel dédié aux tout-petits, sous la direction d’Hélène.

Quelle aubaine de pouvoir prolonger au-delà du stage l’aventure avec elles, et de mettre en pratique nos apprentissages!

Les répétitions en soirée se sont enchaînées en octobre, novembre, décembre et janvier. Au programme, polyphonie, percussions, canons, polyrythmie, jeux de doigts et de bouche ! Tout ce travail sur le mode de la bonne humeur et du rire! Grâce au talentueux coaching d’ Hélène, nous étions prêtes pour donner 4 représentations à Miribel, Clérieux, Parnans, ainsi qu’à la médiathèque Simone de Beauvoir, les 18, 23 et 30 janvier.

Beaucoup de monde au rendez-vous, et nous avons distribué, sur l’air du “sac à sons…polisson…ce p’tit bruit qu’est-ce qu’il dit”, tous les jolis sacs à sons réalisés par les nombreuses assistantes maternelles qui ont apporté leur aide à la réalisation technique de ce spectacle!

A la médiathèque monnaie, nous poursuivrons sûrement les “baladassonnades” dans les mois qui viennent, des idées ont germé, qui ne demandent qu’à s’épanouir…

Merci à Hélène et à toute l’équipe des assistantes maternelles pour cette invitation à travailler ensemble le temps de quelques chansons!

Valérie 

Baladassons
Technorati , , ,

La route … l’avis d’un lecteur

Friday 15 February 2008

Sous un ciel infiniment gris, sous une chappe de plomb sombre et basse, par un froid « de canard » … Un père et son fils. L’Homme et le Petit - on ne connaîtra jamais leur nom – promènent, par des routes à demi-effacées sous la cendre et sous la neige qui tombent du ciel en permanence, un caddie contenant l’essentiel de leurs maigres provisions, de leur matériel de « vie ». Ce sont des survivants ; l’apocalypse a eu lieu quelques années plus tôt, et la végétation, les animaux n’y ont pas survécu. Nulle part. Et les hommes, à peine. Quelques-uns seulement.

Alors, dans ce rien, dans cet univers-là quasi surréaliste, il faut malgré tout tenter de vivre jusqu’au lendemain. C’est le minimum. Coûte que coûte … Et si possible même, de vivre aussi jusqu’au surlendemain …

A vrai dire, il ne se passe pas grand-chose dans ce gris uniforme, ou si peu, mais le danger est là, pourtant, qui guette et qui n’attend que l’erreur pour vous frapper …

Le style de Mc Carthy est dépouillé, pour le moins. Comme le paysage dans lequel il fait évoluer ses « héros ». Et pessimiste. Des phrases courtes. Sans verbe. Très souvent. Des mots. Des dialogues. On y va ? D’accord. D’accord. Ce genre de choses … Mais on aime tout de même. Avec parfois, également, quelques passages beaucoup beaucoup plus durs que les autres. Quelque part situés à la limite de l’inhumanité la plus sordide. Il vaut mieux être prévenu.

La Route, qui s’est vendu à deux millions d’exemplaires aux Etats-Unis, a reçu le prix Pulitzer en 2007. Ce qui est une référence …

Les critiques sont bonnes, voire excellentes, en général … Mais faut-il, pour autant, se précipiter sur ce livre ? Affaire de goût. Car - sans mauvais jeu de mot -, l’on reste sur sa faim. L’action ne surgit pas à toutes les pages, bien sûr, mais tel n’était pas le propos de l’auteur : écrire une séquelle de Mad Max. Les personnages manquent d’épaisseur, de maturité, au point que l’on ne parvienne jamais à s’identifier à eux. Ce qui pourrait, d’une certaine manière être considéré comme une bénédiction, vu le contexte. Malgré tout, on aurait aimé en connaître un peu plus sur leurs motivations, sur leur but, sur leurs espoirs … Pourquoi marcher ? Pourquoi continuer ? Pourquoi ne pas s’arrêter ? Et puis, tout cela encore, dans une « nature » devenue quasiment stérile, si longtemps après le grand feu. Ça ne tient guère … la route.

Fort heureusement, le livre est court et se lit vite. Et l’on se surprend, au final, à avoir envie de relire l’excellent Malevil, de Robert Merle (1972) ; un classique du genre. Un bien plus gros morceau, en tout cas …

Christophe - Lecteur de notre blog et usager de nos bibliothèques

Références :
La route de Cormac Mc Carthy - Ed. de l’olivier
Vous trouverez ce roman à la Médiathèque Simone de Beauvoir à la cote R McCO, secteur adulte

Technorati ,

Les Insortables …le retour

Thursday 14 February 2008

Je me baladais dans la bibliothèques, cherchant désespérément un « Insortable » sur les rayons, sans rien à trouver à me mettre sous la dent. 1000 Destinations de rêve a surgi de nulle part. Non décidément, ce n’était pas l’Insortable idéal puisqu’il est déjà sorti 1 fois depuis son achat récent en décembre ce qui est peu compte tenu du plaisir qu’il procure en le feuilletant. Son poids est sans doute un handicap majeur. Peut-être devrai-je changer le titre de cette rubrique en l’intitulant « C’est du lourd ! » car j’ai remarqué que les Insortables souffrent tous d’un complexe de poids. Mais je m’égare un peu, je vous le dis sans détour, 1000 destinations de rêve est le livre qu’il vous faut si vous trouvez, comme moi cet hiver interminable, si le présent vous pèse et la dépression vous guette. Les photographies superbes répertorient les plus beaux endroits du monde. 383 pages de bonheur ! Le voyage débute en Islande et se termine en Antarctique. Mais si vous aimez les pays chauds vous aurez tout le loisir de vous attarder sur les rives de La Méditerranée ou sur les plages des Caraïbes. Les villes et leurs trésors architecturaux ne sont pas oubliés. Une grande place est faite à l’Europe, et vous aurez le plaisir de reconnaître des endroits où vous êtes allés vous promener où peut-être vous donner des idées de voyage. Un seul hic, peut-être, l’Afrique est peu représentée.

Bien sur, aucune photo choc, style agence Magnum, aucun papier qui traîne à l’angle des rues, pas de regard triste qui vous fixe intensément, on ne vous présente qu’une version idéalisée de la planète. Mais en ces temps troublés, ces temps où le réchauffement climatique occupe tous les esprits, certains prennent un malin plaisir à faire résonner le craquement sinistre de la banquise qui se fissure, cela fait du bien de regarder sans se presser notre planète et de s’extasier encore sur la beauté des paysages. Alors n’hésitez pas, si vous souhaitez faire l’économie d’une boite de tranquillisants et même d’un billet d’avion, emportez ou feuilletez sur place dès aujourd’hui 1000 destinations de rêve.

Régine

No Tags

CD de la semaine, Vincent Artaud : La Tour invisible

Wednesday 13 February 2008

Le contrebassiste français Vincent Artaud est issu du jazz. Très marqué par Debussy, admirateur de Steve Reich, il s’initie également à la manipulation des synthétiseurs.
Son 1er album « Artaud », était une sorte de synthèse de ces influences: un incroyable mélange de jazz, de musique contemporaine, de cordes et de discrets bidouillages électro.
Ce 2è opus approfondit cette architecture unique avec une musique majestueuse et complexe, puissante et singulière : de l’art symphonique au minimalisme répétitif, en passant par l’expressivité du jazz.

Vincent Artaud s’inscrit d’ores et déjà dans la continuité des grands arrangeurs

Lydie - discothècaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir.

Des extraits sur son espace My Space.

Références :
Vous trouverez ce CD à l’espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir à la cote 1 ART

Technorati , ,

Soyons à l’écoute de nos usagers …

Tuesday 12 February 2008

No Tags

Cd de la semaine, Daphne : Carmin

Friday 8 February 2008

Daphné semble être une fée, elle nous invite dans son monde merveilleux et nous envoûte dès le premier titre. Elle chante l’invisible et nous laisse faire les illustrations. Sa voix de cristal, légèrement cassée, se mêle parfaitement aux mélodies chaudes et variées.
Romantisme, sensualité, fantaisie et originalité sont les mots qui viennent à l’esprit pour décrire la richesse de ce disque. Un album indéfinissable et enchanteur.

Stéphanie - discothècaire à la Médiathèque Simone de Beauvoir.

Des extraits sur son espace My Space.

Références :
Vous trouverez ce CD à l’espace musique de la Médiathèque Simone de Beauvoir à la cote 099 DAP


Technorati , ,

Lectures à voix haute avec le Triboulet

Thursday 7 February 2008

Ce mercredi 6 février, 2 classes du Lycée Triboulet, accompagnées par leur professeur de français, se sont retrouvées à la médiathèque Simone de Beauvoir pour un spectacle de lectures à voix haute.

Plus de 70 jeunes étaient là, attentifs, curieux de cette aventure des mots ; aventure qui va se poursuivre, car les lycéens vont, eux aussi, se lancer dans l’aventure de la lecture à voix haute, en accueillant les bibliothécaires au lycée pour les aider à travailler les textes.

lectriboulet.jpg
Technorati , ,

Alberto Manguel, « je ne veux pas mourir idiot »

Wednesday 6 February 2008

Pourquoi présenter Alberto Manguel ?

Parce qu’il est président cette année du jury du prix du Livre Inter, jury composé de lecteurs.

Parce qu’il est passionnant quand il parle du métier de lecteurs, quand il parle lecture, écoutez le plutôt nous rappeler l’importance de la lecture « comme une action subversive pour aller contre cette bêtise envahissante », écoutez le nous convaincre de lire pour affirmer notre intelligence, écoutez le nous rappeler ce slogan de mai 68 « je ne veux pas mourir idiot »

Ecouter l’entretien avec Alberto Manguel (real player)

Odile

Pour en savoir plus, à la médiathèque de la Monnaie, vous pourrez lire ou emprunter :

Une histoire de la lecture Actes sud 1998 cote 028 MAN
La bibliothèque, la nuit Actes sud 2006 cote 027 MAN

Technorati , ,